top of page

L'histoire de Courtney

Winnipeg, Manitoba

Save Your Skin Foundation (SYSF) est une organisation dirigée par des patients et dédiée à la lutte contre les cancers de la peau autres que le mélanome, le mela

Mon histoire a commencé le 25 mai 2020, lorsque l’on m’a diagnostiqué un mélanome choroïdien. Le seul symptôme que je ressentais était une vision floue, alors je me suis dit : « eh bien, il est peut-être temps de porter des lunettes ! Alors, je suis allé chez l'optométriste. Il n'arrivait pas à comprendre, alors je suis allé voir un spécialiste et c'est là que mon voyage a commencé. C'était sept jours après mes fiançailles, donc à ce qui était censé être une période passionnante de ma vie, j'étais visiblement dévasté.

Lors du diagnostic initial, je ne pense même pas avoir entendu ce que le médecin disait car j'étais dans ma propre zone en me demandant « est-ce que cela se produit vraiment ? Dieu merci, mon mari actuel était là pour obtenir tous les détails, car il était plus attentif que moi à ce moment-là. J'avais tellement peur et la seule chose que je pouvais dire était « est-ce que je vais mourir ? avec des larmes coulant sur mon visage. Je ne pense pas que mon médecin savait quoi dire et je ne me souviens pas non plus de ce qu'il a dit. À cette époque, mon fils avait 13 ans (il en a maintenant 16), et le fait que j'aie dû annoncer la nouvelle à mes parents et devoir expliquer à mon fils que j'étais malade était probablement la pire des choses, car j'étais Je ne sais pas comment il réagirait ni quelles seraient ses pensées. Mais il a pris la nouvelle comme un champion. Je ne suis pas sûr qu'à ce moment-là il ait vraiment compris ce qui allait se passer, car bien sûr, je ne l'avais sûrement pas compris. J'étais terrifiée, mais j'ai gardé la tête haute et j'ai fait ce que j'avais à faire.

Une fois que je suis revenu pour des tests plus approfondis et ainsi de suite, j'étais plus stable dans mon processus de réflexion et capable de comprendre tout ce qu'on me disait. On m'a dit que l'affaire avait été détectée tôt, ce qui était formidable à entendre. Le seul problème, c'est que le traitement n'était pas disponible dans ma province natale, le Manitoba, et que mes seules options étaient de voyager en Colombie-Britannique, en Ontario ou en Alberta. J'ai choisi l'Alberta, car j'y ai de la famille et je me sentais plus à l'aise là-bas.

Avant de m’en rendre compte, je suis parti pour l’Alberta. Tout s'est passé si vite. J'étais donc là dans le bureau du Dr Weis à Calgary, en Alberta, sans vraiment savoir à quoi m'attendre ni quel genre de personne il allait devenir.

Le Dr Weis s'est avéré être le meilleur ! Il est toujours compatissant et prend le temps de répondre à toutes mes questions. Il a certainement un moyen de rassurer une personne et est toujours disponible et serviable. Après ma première visite initiale, je devais rentrer chez moi et attendre la date de ma chirurgie, qui, étonnamment, avait été réservée très rapidement, puis je suis retourné en Alberta. L’insertion initiale de la plaque pour la curiethérapie s’est très bien déroulée. Les conséquences du retrait ne sont pas tellement. J'avais tellement mal que c'était insupportable. Mais grâce à l’action rapide des infirmières et du Dr Weis, ma douleur a disparu et j’ai pu commencer à guérir.

Après quelques embûches, je suis retourné chez moi à Winnipeg pour un suivi et, à ma grande surprise, la radiothérapie fonctionnait et la tumeur commençait à rétrécir ! Je ne savais pas trop quoi penser avant mon suivi, mais j'ai vraiment poussé un soupir de soulagement en sortant de là. Je fais maintenant des examens annuels, des analyses de sang, etc., ce qui provoque toujours beaucoup d'anxiété, mais pour le moment, tout semble bien se passer. Cela fera trois ans, en mai 2023, que mon parcours contre le cancer a commencé. Je n'arrive pas à croire à quelle vitesse le temps passe. J'ai mes jours de repos mais à part ça, je pense que je vais bien. Beaucoup m'ont dit que la force dont j'ai fait preuve tout au long de mon parcours est inspirante, et c'est tellement merveilleux à entendre. Je suppose que j'ai toujours pensé que fort était la seule chose que je pouvais être (à part quelques jours de repos). Je ne suis pas encore prêt à quitter ce monde. Je n'ai que 36 ans et il me reste tellement de vie que je n'ai pas l'intention d'aller nulle part avant très longtemps.

bottom of page