top of page

L'histoire de Chris B.

Kamloops, Colombie-Britannique

Screenshot 2024-04-29 at 2.04.59 PM.png

En 2009, on m'a enlevé un grain de beauté dans le dos par une large excision. Même si le grain de beauté était cancéreux, il avait été complètement retiré, alors j'ai arrêté d'y penser.

J'étais en randonnée en mai 2015, lorsque j'ai commencé à me sentir étonnamment essoufflé. Je suis allé faire une radiographie et le médecin m'a dit d'aller immédiatement à l'hôpital ; mon poumon droit s'était presque effondré. Le mélanome s'était propagé dans la plèvre de mon poumon, provoquant une fuite de liquide. J'ai passé dix jours à l'hôpital, avec un cathéter thoracique drainant régulièrement mes liquides pulmonaires.

J’ai ensuite subi une biopsie des bronches dont les résultats se sont révélés être un mélanome métastatique de stade 4. La tomodensitométrie révèle davantage de tumeurs sur mes reins, ma colonne vertébrale et mon cou. Je me suis rendu à Kelowna pour commencer à recevoir la combinaison d'inhibiteurs de point de contrôle Tafinlar et Mekinist. En septembre, j'avais commencé à me sentir mieux ; cependant, mon corps est devenu immunisé contre les médicaments que je recevais et mon cancer est réapparu.

J'ai commencé à consulter un naturopathe, qui m'a suggéré d'étudier l'association d'immunothérapie Nivolumab et Ipilimumab. Lorsque mon cancer est réapparu, j'ai été admise à l'hôpital de Kamloops, en attendant que mon oncologue décide entre l'immunothérapie Keytruda ou la recherche d'un essai clinique pour le Nivolumab et l'Ipilimumab. Il a trouvé un procès à Edmonton, où je me suis rendu, même si j'étais très malade. Au cours du premier cycle de traitement, j'étais constamment déshydraté, malgré le drainage de trois litres de liquide par jour de mon corps. Après le deuxième tour, j’ai commencé à me sentir mieux. J'ai passé six semaines et demie au Cross Cancer Institute, prenant des analgésiques et faisant régulièrement drainer le liquide de mes poumons. Après mon quatrième cycle de traitement, je suis sorti de l’hôpital. Bien qu'il me reste encore neuf traitements de Nivolumab, que je reçois toutes les deux semaines, je suis sur la bonne voie pour une réponse immunitaire complète.

bottom of page